l’Omnium Banque Nationale, anciennement la Coupe Rogers

Aleksandra Wozniak au Temple de la renommée : la résilience récompensée

7 août, 2019

Il y a de ces athlètes qui marquent l’imaginaire collectif en raison de leurs multiples titres de Grands Chelems, leur énième semaine consécutive au sommet du classement mondial ou même leurs frasques à l’extérieur du terrain.

Aleksandra Wozniak n’a peut-être pas eu besoin de construire une deuxième tablette au-dessus de son foyer pour y exposer ses 1001 trophées, mais elle a tout de même marqué une longue lignée d’amateurs de tennis. Sa ténacité, à une époque où le tennis canadien était loin d’être aussi glorieux qu’il l’est aujourd’hui, sa passion indéniable pour son sport et sa générosité envers ses partisans lui ont valu une intronisation au Temple de la renommée de la Coupe Rogers mardi soir.

La Québécoise récemment retraitée a eu droit à un accueil chaleureux lorsqu’elle est entrée sur le Court central du Stade IGA, entourée de ses parents, pour une cérémonie avant le premier match de la soirée. Eugène Lapierre, directeur de la Coupe Rogers, et Édith Cloutier, présidente de Rogers Communications, étaient également présents.

Celle qui a amorcé sa carrière chez les professionnels en 2005 s’est hissée au 21e rang du classement de la WTA en 2009, une année où elle a également réalisé sa meilleure prestation en tournois du Grand Chelem en participant au quatrième tour de Roland-Garros.

Elle a cependant eu son lot d’obstacles en raison de nombreuses blessures qui ont ralenti sa progression, notamment des ennuis à l’épaule droite qui ont nécessité une opération en 2014, après quoi Wozniak a dégringolé au classement sans vraiment parvenir à remonter.

Wozniak a pris la parole pendant la cérémonie qui lui était consacrée et a justement pris le temps de remercier les partisans d’avoir toujours été là pour elle, dans les bons comme dans les moins bons moments.

« Quand vous finissez votre carrière, vous repensez à tous ces moments, ces accomplissements, ces moments spéciaux et vous êtes pleine de reconnaissance », a déclaré celle qui a pris part à 13 éditions de la Coupe Rogers. « Je suis très heureuse de recevoir cet honneur, accompagnée de ma famille et de mes fans, tous ceux qui m’ont suivie pendant 15 ans. C’était un rêve de jouer ici. Mes parents m’avaient amenée ici voir des matchs quand j’étais petite, j’ai rêvé de jouer sur ce Court central et le rêve est devenu réalité. »

En 2008, Wozniak est devenue la première Québécoise à se tailler une place au sein du Top 50 et elle est aussi la première représentante de la Belle Province à avoir décroché un titre de la WTA (tournoi de Stanford en 2008).

Son plus beau souvenir en 13 éditions de la Coupe Rogers ? Son parcours épique en 2012 à Montréal, alors qu’elle occupait le 55e échelon mondial et qu’elle avait coup sur coup éliminé la 35e joueuse Daniela Hantuchova, la 18e raquette mondiale et 13e tête de série du tournoi Jelena Jankovic, Christina McHale (26au classement), avant de finalement plier bagage en quart de finale devant la septième tête de série, Caroline Wozniacki. « J’ai eu un tableau difficile », s’est-elle souvenue. « J’ai dû jouer contre des têtes de série et je me suis rendue jusqu’en quart de finale. J’ai senti toute l’énergie du public qui me soutenait, ce qui m’a aidé à surmonter les difficultés pendant le match. C’est cette année-là qui est la plus mémorable. »

Mots-clés
Inscrivez-vous
Omnium Banque Nationale En Coulisse