l’Omnium Banque Nationale, anciennement la Coupe Rogers

BRISEBOIS : ANDREESCU HORS DU TOP 20 LE MOIS PROCHAIN ?

13 août, 2021

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada

Vous avez une fin d’été occupée, dites-vous ? Bianca Andreescu aussi… avec le stress en plus.  

On se souvient de sa fabuleuse séquence d’août et septembre 2019 à Toronto et à New York alors que la jeune raquette de 19 ans s’était littéralement emparée de la scène internationale en gagnant l’Omnium Banque Nationale présenté par Rogers et les Internationaux des États-Unis, les deux fois contre Serena Williams en finale.

Or, après une série de blessures qui lui a fait rater 2020, vient l’inéluctable moment de défendre ses points. Dans son cas, il s’agit de très gros points.

La championne en titre cette semaine et actuelle 8e mondiale le sait trop bien.

Vous allez comprendre que la fille devient très tendue sur le court. Ce n’est rien de moins que 2900 points qu’elle doit défendre à tout prix. Sachez que c’est plus de la moitié de son total de 4431, ce qui risque une exclusion potentielle du Top 20 après Flushing Meadows. 

« J’essaie de ne pas trop y penser pour ne pas ajouter de pression », mentionne-t-elle.

Sa manière de faire ?

« J’adopte une attitude positive en me disant que : oui, oui, j’ai déjà gagné et je dois le refaire à nouveau. Ça aide à la motivation », explique-t-elle.

VOICI UNE FILLE HEUREUSE

Rebecca Marino a connu toute une semaine, c’est le moins qu’on puisse dire. « La semaine a été mémorable avec des victoires devant deux joueuses parmi les 50 premières, ce qui donnera les points requis (elle passera de 220e à 175e) pour disputer des tournois plus relevés. Et que dire du soutien de la foule », a déclaré Marino.

SYLVAIN BRUNEAU VOIT REBECCA CONTINUER DE PROGRESSER 

Que lui réserve l’avenir, à 30 ans ?

« J’ai d’abord beaucoup de respect envers Rebecca », affirme Sylvain Bruneau, directeur du volet féminin de Tennis Canada.

À son avis, l’âge au tennis féminin ne semble plus vraiment un obstacle pour continuer de progresser. Bien des choses sont encore possibles. 

« De plus en plus de joueuses atteignent maintenant leur meilleur niveau à compter de 30 ou 32 ans et même 34 », explique-t-il.

La semaine prochaine, Rebecca et Bruneau continueront de travailler ensemble à Montréal en prévision des qualifications des Internationaux des États-Unis qui suivront. 

À LA PROCHAINE, SIMONA !

Chose certaine, on ne pourra pas accuser Simona Halep, la favorite sentimentale à Montréal de ne pas avoir tout donné. 

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada

Vraiment pas chanceuse au tirage, la 6e tête de série est revenue d’une longue absence (blessure au mollet en mai à Rome) pour affronter l’Américaine Danielle Collins, championne coup sur coup à Palerme et San Jose. La Roumaine a pourtant repris confiance dans la défaite de 6-2, 4-6 et 4-6. 

« Je suis contente de la façon dont j’ai joué. C’est inattendu quand même de tenir trois heures à un haut niveau, dans ces conditions, contre une fille qui ne perd pas », a commenté Halep.

CHIFFRE DU JOUR : 7

Les joueuses sont en forme. Presque la moitié des matchs (7 sur 16) du deuxième tour se sont réglés au troisième set. Il faut le faire dans un véritable fourneau.

LA BELLE VIE

En revanche, la junior américaine Coco Gauff, 17 ans, n’a disputé que cinq petits jeux en deux jours avec l’abandon d’Anastasia Potapova à 5-0, mercredi, suivi du forfait de Johanna Konta avant que la première balle ne soit frappée.

POUR UNE BONNE CAUSE…

Au sujet de la bonne ou mauvaise idée de la publicité de Martin Matte et de Félix Auger-Aliassime à la télé, on me dit qu’une donation dans les cinq chiffres (25 000 $) a été faite à l’Académie Aliassime pour les jeunes.

Mots-clés
Inscrivez-vous
Omnium Banque Nationale En Coulisse