Anciennement la Coupe Rogers

Félix fait vibrer la foule

10 août, 2022
Auger-Aliassime célèbre

Sarah-Jade Champagne/Tennis Canada

Le favori local, Félix Auger-Aliassime, a ébloui un Stade IGA plein à craquer, mercredi soir, pour se faufiler au troisième tour de l’Omnium Banque Nationale présenté par Rogers.

En pleine possession de tous ses moyens, servant avec précision, puissance et détermination, il a disposé du finaliste du tournoi de Washington, le Japonais Yoshihito Nishioka, par 7-6 (6) et 6-4 dans une rencontre qui a duré très exactement 2 heures 7 minutes et 5 secondes.

Le 9e joueur mondial et 6e tête de série a réussi 17 aces et n’a commis qu’une seule double faute au cours d’un match presque parfait. Sur ses premières balles, il a obtenu un exceptionnel taux de réussite de 90 %. Son rival n’a pas réussi le moindre ace au cours du duel.

Si on excepte ses difficultés à concrétiser ses balles de bris (2 succès en 13 occasions), il a fait vibrer la foule grâce à un jeu de première qualité. Il l’a d’ailleurs reconnu lui-même.

« J’avais des frissons et je ressentais beaucoup d’émotions quand le stade vibrait. Je suis content d’avoir gagné devant une telle foule. Nulle part ailleurs, je ne ressens cela. »

Au premier set, Auger-Aliassime a perdu son service à 2-2 mais, déterminé, il a brisé celui du gaucher nippon au jeu suivant. Les hostilités ne se sont conclues qu’au jeu décisif que le Québécois a remporté à sa quatrième balle de manche sur un point magique.

À l’amorce de la deuxième entame, le Canadien a bénéficié de cinq balles de bris qu’il n’a pu convertir. Il lui a fallu attendre à 2-2 pour s’emparer du service de Nishioka.

Il a conclu la rencontre sur un ace, ce qui donnait un parfait reflet du match.

« Ça n’a pas été facile, a-t-il dit. J’ai perdu contre lui à maintes reprises et il n’est vraiment pas facile à affronter. C’est certain qu’avec la disparition des têtes de série, j’espère être encore là dimanche. Ce ne sera pas facile, je le sais. »

Auger-Aliassime affrontera jeudi son tombeur de Washington, le Britannique Cameron Norrie, au sommet de son art.

La fin de Rublev

La délégation sans drapeau a maintenant quitté Montréal. Andrey Rublev, 5e tête de série, s’est fait damer le pion par le Britannique Daniel Evans à l’issue d’un duel de 91 minutes qui s’est terminé en deux sets identiques de 6-4.

Mots-clés
Inscrivez-vous
Omnium Banque Nationale En Coulisse