l’Omnium Banque Nationale, anciennement la Coupe Rogers

caca-short-format

BRISEBOIS : MISE AU POINT EN JUILLET; NAOMI OSAKA VEUT VENIR À MONTRÉAL

1 juillet, 2021
IGA stadium

Photo : Penguin

Historiquement, la première semaine de Wimbledon à la fin juin est aussi celle où l’Omnium Banque Nationale de Montréal annonce sa liste de participantes.

Ça approche, mais il faudra attendre encore un peu.

« Cette année, la date limite des inscriptions est à quatre semaines du début de la compétition au lieu de six », explique Eugène Lapierre à propos du tournoi qui se déroulera du 7 au 15 août, au Stade IGA. « Cela nous mène à la semaine du 12 juillet et nous aurons des annonces le 14. »

Si la Santé publique du Québec a donné son feu vert, il reste l’autorisation du Canada à venir, notamment pour les frontières et la quarantaine.

Je ne suis pas dans le secret, mais il doit y avoir du positif.

Le fait que les joueuses vivront en confinement aux Jeux olympiques de Tokyo, qui précèdent le tournoi de Montréal, devrait aider.

Une « scoopette » avant le 14 juillet concerne Naomi Osaka, détentrice de quatre titres de Grands Chelems. Absente à Wimbledon, elle sera à Montréal. C’est du moins ce qu’elle a dit.

MONTRÉAL COMME AILLEURS POUR LES BOURSES 

Doubles team in Wimbledon
Photro : Wimbledon

Rien pour crier famine bien sûr, mais il reste que les bourses sont en réduction à Wimbledon, cette année. On parle de 5,2 % de moins. 

Compte tenu de la limite de spectateurs à 50 % d’ici le carré d’as, le Grand Chelem londonien imite Melbourne et Roland-Garros.

À savoir quel sera le plan à Montréal, Eugène Lapierre explique qu’une règle générale existe sur le circuit.

« La WTA a décidé d’une réduction de 40 % des bourses pour les tournois présentés sans spectateurs ou avec un nombre limité. » 

Selon les dernières nouvelles, l’épreuve de Cincinnati, disputée la semaine après celle de Montréal, entend fonctionner à 100 % de sa capacité.

L’ANCIENNE TITULAIRE DE GRANBY EXCLUE

Johanna Konta at the Rogers Cup
Photo: Jared Wickerham

Le tennis ne lésine pas avec la sécurité. Wimbledon a retiré la numéro un britannique Johanna Konta du tableau principal cette année parce qu’elle a été exposée à un cas de COVID-19.

Les amateurs de tennis du Québec se souviennent d’elle. Elle avait gagné le volet féminin du Challenger Banque Nationale de Granby avant de se hisser dans le Top 10.

LA FIN POUR SERENA ?

Serena Williams n’aura fait que passer à Wimbledon, car elle a dû abandonner son match de premier tour à 3-3 de la première manche en raison d’une blessure.  

« Je doute qu’elle puisse gagner un autre tournoi du Grand Chelem », estime Réjean Genois, président de Tennis Québec.

BIANCA EN CHIFFRES

L’humidité a rendu le gazon de Wimbledon dangereux.

Dans sa défaite de 6-2 et 6-1 aux mains de la Française Alizé Cornet, 58e mondial, Bianca a fait six glissades.

Dans les autres chiffres, sa fiche est de deux victoires et cinq défaites en Grands Chelems depuis son triomphe aux Internationaux des États-Unis de 2019 — et cela comprend trois revers au premier tour.

Elle dit vouloir trouver un nouvel entraîneur. 

COMMENT ÇA FONCTIONNE ?

Les joueuses qui participent à Wimbledon logent au Westminster, l’hôtel officiel du tournoi. Elles ont doit à un maximum de trois accompagnateurs seulement.

LE SUCCÈS DE FAMILLE PASSE PAR MONTRÉAL

Gagnante du championnat de la LPGA aux États-Unis le week-end dernier, Nelly Korda est la fille de Petr Korda, finaliste à Montréal en 1991 devant Andrei Chesnokov.

Bon sang ne saurait mentir. Sa mère, Regina Rajchrtova, a été championne sur le circuit de la WTA. 

CITATION

Un retour apprécié des connaisseurs de tennis est celui de Tom Tebbutt sur le site tenniscanada.ca.

« Couvrir les Grands Chelems, c’est comme faire les Jeux olympiques quatre fois dans une même année », spécifie-t-il au sujet de la somme de travail.

Mots-clés
Inscrivez-vous
Omnium Banque Nationale En Coulisse