l’Omnium Banque Nationale, anciennement la Coupe Rogers

Tebbutt : Au programme de l’ATP – quatre points pour 2022

30 décembre, 2021
Felix signing autographs for kids

1. NOVAK DJOKOVIC

Il ne faut pas se le cacher, les faits démontrent que Djokovic est le meilleur joueur de l’histoire du tennis. Il existe de nombreux autres facteurs à prendre en compte pour déterminer la supériorité à travers les âges dans un sport, mais, à l’heure actuelle, Djokovic est le maître dans plusieurs catégories. Il est à égalité avec ses rivaux de longue date, Roger Federer et Rafael Nadal, avec 20 titres de tournois du Grand Chelem et a réalisé quelque chose qu’aucun d’entre eux n’a réussi : remporter chaque épreuve du Grand Chelem et du circuit Masters 1000 à deux reprises. Et il mène dans les face-à-face contre ses deux adversaires — 27-23 contre Federer, et 30-28 contre Nadal — en plus de détenir le record du plus grand nombre de semaines au sommet du classement (353) et celui du plus grand nombre de fois où il a terminé l’année au premier rang mondial (7).

Pour l’instant, le statut de Djokovic pour les Internationaux d’Australie, qui s’amorceront le 17 janvier, est incertain après son retrait de la Coupe ATP de Sydney, qui commence samedi.

Le Serbe de 34 ans a monopolisé l’attention en 2021, puisqu’il était à une victoire de remporter le quatrième Grand Chelem calendaire de l’histoire du tennis masculin. Cette attention ne diminuera pas en 2022 même s’il fait l’impasse sur les Internationaux d’Australie. Il reste la référence à laquelle tous les joueurs se mesurent. S’il ne dispute pas le tournoi de Melbourne Park, cela ne fera qu’amplifier le mystère et l’intrigue qui l’entourent.

Sa fibre compétitive est intacte. « Je sens que mes jambes, mon cœur et ma tête peuvent encore me suivre pendant plusieurs années », a-t-il mentionné lors des Finales de l’ATP le mois dernier, à Turin. « Tant que ce sera le cas, je continuerai, parce que j’aime vraiment ce sport et la compétition… cela me pousse, me stimule, me motive, et ce sont les ingrédients essentiels pour continuer à jouer. Sinon, je trouverais difficile de me lever tous les matins et de m’entraîner pour rester au sommet de mon art. »

Photo: camerawork usa

2. LES PRÉTENDANTS AU TRÔNE 

Cela devait arriver un jour ou l’autre et cela s’est finalement produit cette année lorsque Daniil Medvedev, 25 ans, et Alexander Zverev, 24 ans, sont devenus de véritables menaces à la domination de Djokovic.  

Medvedev a réduit en poussière le rêve de Djokovic de réaliser un Grand Chelem calendaire en remportant la finale des Internationaux des États-Unis par la marque de 6-4, 6-4 et 6-4. Un mois plus tôt, Zverev avait anéanti les espoirs du Serbe d’obtenir un Grand Chelem doré en s’imposant 1-6, 6-3 et 6-1 en demi-finale des Jeux olympiques de Tokyo.

Medvedev (2e) a gagné quatre de ses huit duels contre Djokovic depuis 2017, tandis que Zverev (3e) a eu raison du Serbe deux fois sur trois en 2021 — aux Olympiques et aux Finales de l’ATP, tandis que Djokovic a vaincu l’Allemand 4-6, 6-2, 6-4, 4-6 et 6-2 dans une demi-finale excitante de 3 h 34 à Flushing Meadows.

Le quatrième mondial, Stefanos Tsitsipas, qui a une fiche de 2-6 contre Djokovic, est un cran derrière Medvedev et Zverev, mais il est aussi plus jeune (23 ans). Il a perdu ses cinq derniers affrontements contre le numéro un mondial, mais deux de ces duels sont allés à la limite de cinq manches au carré d’as (2020) et en finale (2021) de Roland-Garros. Son cas est encore incertain pour 2022 après une opération au coude droit à la fin du mois de novembre.

Medvedev, Zverev et Tsitsipas ont payé leur dû et sont devenus des rivaux légitimes de Djokovic — la question pour 2022 est de savoir s’ils peuvent élever leur jeu au prochain niveau pour commencer à le battre régulièrement dans les grands tournois.

Des joueurs comme Jannik Sinner, Casper Ruud, Félix Auger-Aliassime, Denis Shapovalov et Hubert Hurkacz n’ont pas encore réussi à percer comme Medvedev, Zverev et Tsitsipas — bien que Rudd (8), Hurkacz (9) et Sinner (10) sont déjà dans le Top 10. Toutefois avec des joueurs vulnérables comme Matteo Berrettini (7e), Ruud, Hurkacz et peut-être même Andrey Rublev (5e) et Nadal (6e), de nouveaux venus pourraient se frayer un chemin dans le Top 10 en 2022. Auger-Aliassime (une semaine) et Shapovalov (huit semaines) y ont déjà fait de brefs séjours.

3. ROGER et RAFA

À la suite de sa troisième opération au genou droit après Wimbledon l’été dernier, et le fait qu’il ait admis qu’il n’est pas sûr d’être prêt pour le prochain Wimbledon à la fin du mois de juin, on peut difficilement imaginer que Federer sera un facteur en 2022 après une absence de 12 mois et son 41e anniversaire de naissance, en août. Mais cette année, le tournoi de Wimbledon serait son 22e et probablement son dernier, on peut donc penser qu’il fera tous les efforts nécessaires pour être en forme à temps pour y prendre part.  

Photo: Martin Sidorjak

Quant à Nadal, il n’a disputé que deux matchs — à Washington, en août — depuis sa défaite en demi-finale de Roland-Garros et sa blessure récurrente au pied gauche. Bien qu’il ait contracté la COVID-19, il espère pouvoir participer aux Internationaux d’Australie. Pour ce qui est de l’avenir, un Nadal en bonne santé reste le grand favori sur la terre battue parisienne pour remporter un 14e titre de Roland-Garros le 5 juin prochain, deux jours après son 36e anniversaire de naissance.    

Photo: ATPTour.com

4. La licorne

Carlos Alcaraz a été l’étoile filante de 2021, passant du 141e au 32e rang à seulement 18 ans.

Il a le sens du spectacle et a battu Tsitsipas en quatre heures et sept minutes, 6-3, 4-6, 7-6(2), 0-6 et 7-6(5), aux Internationaux des États-Unis et a ensuite eu des rencontres fascinantes avec Andy Murray à Indian Wells (défaite) et à Vienne (victoire) à l’automne. Lors des Finales Next Gen à Milan en novembre, il a eu raison d’un groupe de joueurs tous plus âgés que lui. Il a également récolté son premier titre au tournoi 250 d’Umag, en Croatie, en juillet.

Malheureusement, ses débuts très attendus aux Finales de la Coupe Davis à Madrid ne se sont pas concrétisés lorsqu’il a été contrôlé positif à la COVID-19.

« C’est très impressionnant, très impressionnant la façon dont il joue », a mentionné Djokovic à propos du joueur originaire d’El Palmar (Murcie), en Espagne. « Et la façon dont il se comporte à l’extérieur du terrain. Il a une très belle personnalité. »

« Son entraîneur, Juan Carlos Ferrero, est une légende de notre sport qui est également connu pour être un homme très intelligent sur le court et à l’extérieur, quelqu’un qui a déjà été numéro un mondial et qui a remporté un tournoi du Grand Chelem. Il sait ce qu’il faut pour atteindre les plus hauts sommets.

« Tout a parfaitement fonctionné pour lui jusqu’à présent, et je lui souhaite le meilleur, parce qu’il est assurément bon pour le tennis espagnol et pour le tennis en général. »

En 2005, Nadal s’est hissé au Top 10 cinq semaines avant de souffler ses 19 chandelles. Il semble peu probable qu’Alcaraz puisse battre cet exploit, car il aura 19 ans le 5 mai prochain.  

Mais il a tout pour réussir : une puissance et des mouvements explosifs, ainsi qu’un sang-froid naturel dans les matchs. Personne n’a fait son entrée en scène avec un jeu aussi dynamique et une telle présence à un si jeune âge depuis son idole Nadal. Cela ne l’empêche toutefois pas de dire qu’il pense que son jeu ressemble davantage à celui de Federer. Les amateurs de tennis sont toujours impatients de suivre la toute dernière vedette potentielle. En 2022, du moins au début de la saison, leur homme est assurément Alcaraz.

Mots-clés
Inscrivez-vous
Omnium Banque Nationale En Coulisse