Passer directement au contenu principal
Montréal: 3 août 2024 - 12 août 2024
|
Toronto: 4 août 2024 - 12 août 2024
Montréal : 3 - 12 août 2024
|
Toronto : 4 - 12 août 2024
ATP

ENTRE LES LIGNES AVEC MIKE MCINTYRE : EN HOMMAGE AU MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS

par Mike McIntyre

7 février 2023

En février, nous célébrons le Mois de l’histoire des Noirs en nous engageant à en apprendre davantage sur les histoires que les communautés noires du Canada et d’ailleurs ont à raconter sur leur vécu, leurs succès, leurs sacrifices et leurs triomphes.

Je me suis récemment entretenu avec Tim Stewart, historien canadien et professeur d’histoire au secondaire, qui m’a expliqué qu’ici, au Canada, nous avions autrefois une semaine de l’histoire des Noirs, puis en 1976, cette semaine a été officieusement étendue au Mois de l’histoire des Noirs. Ce n’est qu’en 1995, grâce à Jean Augustine, première femme noire canadienne à être élue membre du parlement fédéral, qu’une motion a été adoptée à la Chambre des communes, reconnaissant officiellement le mois de février comme le Mois de l’histoire des Noirs dans notre pays.

Cette semaine, j’aimerais donc consacrer ma chronique sur l’influence des joueurs de tennis noirs sur ce sport. Je traiterai de quelques-uns des joueurs les plus influents de la communauté noire, tandis que mon collègue Paul Rivard se penchera sur les joueuses noires dans son carnet hebdomadaire.

Le premier nom qui me vient à l’esprit est le légendaire Arthur Ashe. Même si c’était avant mon temps, son influence sur le sport est incommensurable et même ceux qui sont devenus des amateurs de tennis après la fin de sa carrière professionnelle à la fin des années 1970 connaissent ses exploits.

Ashe a été le premier Noir à remporter le titre du simple des Internationaux d’Australie, de Wimbledon et des Internationaux des États-Unis, ainsi que le premier à faire partie de l’équipe américaine de la Coupe Davis.

En dehors des courts, il a été l’un des principaux acteurs de la lutte contre le sida et, après avoir courageusement annoncé son propre combat contre la maladie en 1992, il est devenu l’un des principaux ambassadeurs de la sensibilisation au VIH et au sida. Il a créé la Arthur Ashe Foundation for the Defeat of AIDS avant de décéder à l’âge de 49 ans, en 1993.

Ashe a été un pionnier et une source d’inspiration pour les jeunes joueurs de tennis noirs et, en raison de ses incroyables réalisations sur le court et en dehors, beaucoup ont suivi ses traces.

Pour moi, Malivai Washington a été le premier joueur de tennis professionnel noir de l’ATP dont je me souviens avoir été un grand partisan. Je me souviens avec émotion de son parcours jusqu’en finale de Wimbledon en 1996, qui a été l’un des moments forts de sa carrière.

En cours de route, il avait eu raison du 9e mondial Tomas Enqvist au deuxième tour, puis avait disputé deux duels de cinq manches en quart de finale et en demi-finale pour atteindre le match de championnat. Au carré d’as, il a livré une bataille épique contre son compatriote Todd Martin, qu’il a vaincu de justesse en des comptes de 5-7, 6-4, 6-7(6), 6-3 et 10-8, avant de tomber aux mains du puissant serveur Richard Krajicek en finale.

L’un des derniers matchs de la carrière de Washington, qui s’est terminée en 1999, a été contre James Blake, qui allait lui-même se hisser au 4e rang de l’ATP en 2006. Blake a été membre de l’équipe américaine championne de la Coupe Davis en 2007 et compte trois quarts de finale de tournois du Grand Chelem à son actif.

Photo : Mike McIntyre

Aujourd’hui, en plus d’être un père présent auprès de ses deux filles, il est le directeur de l’Open de Miami, est très engagé dans la promotion des libertés civiles et de l’égalité. Il est également l’auteur d’un libre intitulé Ways of Grace: Stories of Activism, Adversity, and How Sports Can Bring Us Together.

Au Canada, nous avons la chance d’avoir Félix Auger Aliassime, l’un des meilleurs joueurs de tennis du monde et quelqu’un qui a déjà fait beaucoup dans sa jeune carrière en dehors du terrain pour aider les jeunes de la communauté noire. Il y a un an, Félix a conquis son premier titre ATP à Rotterdam, en plein mois de l’histoire des Noirs !

Bien qu’il ne soit âgé que de 22 ans, le Canadien est déjà l’une des étoiles les plus brillantes du circuit masculin et il a connu plusieurs succès sur le terrain et en dehors. L’automne dernier, aucun joueur n’a été plus prolifique qu’Auger-Aliassime, qui a récolté trois titres consécutifs et s’est hissé au sixième échelon.

À l’extérieur du terrain, sa fondation contribue à promouvoir l’importance de l’éducation des jeunes au Togo (d’où son père est originaire) et il s’y rend souvent pendant l’entre-saison pour parler et jouer avec les enfants de ces communautés.

Pour ceux d’entre nous qui ne font pas partie de la communauté noire et qui cherchent à être des alliés et à trouver des moyens de les soutenir, voici ce qu’Auger-Aliassime m’a dit lors d’une de ses présences à Match Point Canada.

Photo : Mike McIntyre

« C’est important de ne pas avoir de tabou pour en parler, m’a-t-il dit à propos du racisme et de l’alliance inclusive. J’aime que nous puissions en parler sans qu’il y ait de malaise entre nous. Nous pouvons être différents physiquement, mais nous ne devrions jamais avoir peur ou être mal à l’aise de nous ouvrir. »

Il va sans dire que les jeunes joueurs de tennis de la communauté noire sont inspirés lorsqu’ils voient d’autres personnes auxquelles ils peuvent s’identifier réussir au tennis professionnel. Auger-Aliassime a lui-même déclaré qu’il avait commencé à jouer au tennis grâce à ses prédécesseurs.

« Au tennis, il y a des pionniers comme Arthur Ashe, Yannick Noah et les sœurs Williams. J’aime à penser que grâce à eux, des gens comme moi et d’autres pouvons vraiment croire qu’ils peuvent évoluent au plus haut niveau dans un sport comme le tennis », avait mentionné Auger-Aliassime l’an dernier pendant le Mois de l’histoire des Noirs.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les nombreux grands joueurs de tennis noirs d’hier et d’aujourd’hui, voici un excellent lien de l’International Tennis Hall of Fame (en anglais seulement) sur certains des joueurs de tennis noirs les plus influents et les plus talentueux.