Passer directement au contenu principal
Montréal: 3 août 2024 - 12 août 2024
|
Toronto: 4 août 2024 - 12 août 2024
Montréal : 3 - 12 août 2024
|
Toronto : 4 - 12 août 2024
WTA

RIVARD : LA WTA A 50 ANS – ET ÇA NE FAIT QUE COMMENCER !

par Paul Rivard

28 février 2023

Bonne fête, WTA !!! Avant d’aller plus loin… sachez que je n’ai aucun mérite dans le titre de ce texte. D’abord parce que c’est un fait connu et que j’ai simplement réécrit le slogan dédié à cette année de célébrations pour la Women’s Tennis Association. C’est en décembre dernier que la direction de la WTA a fait connaître les premiers éléments de son programme de commémoration où l’on verra cette affiche : WTA 50 : Ça ne fait que commencer.

Bien du chemin a été parcouru depuis ce 21 juin 1973 alors que neuf femmes menées par Billie Jean King ont investi l’hôtel Gloucester de Londres, à la veille du tournoi de Wimbledon, pour faire part de leurs revendications. Leur but : mettre fin au sexisme de leur sport, s’affranchir de l’entreprise qui gérait leur destinée et obtenir une juste rémunération pour leurs prouesses sur un court de tennis.

À l’époque, elles avaient chacune investi un dollar. De l’argent bien placé, si je puis me permettre cette expression…

Photos: International Tennis Hall of Fame

C’est cette réussite qui leur a valu d’être intronisées au Temple de la renommée du tennis, à Newport, en juillet 2021.

Photo: International Tennis Hall of Fame

Vous y trouverez d’ailleurs un résumé de leur histoire sur le site du Temple.

Ainsi, pour le cinquantenaire de leur circuit, on retournera à l’hôtel Gloucester, en juin prochain, pour commémorer la célèbre date. Puis, un grand gala à New York sera l’activité culminante de cette saison anniversaire au mois de septembre.

Photo: WTA

Entretemps, au cours de l’année, on apercevra la marque du 50e anniversaire dans l’affichage sur les terrains, dans l’infographie télévisuelle des tournois et autres activités, tout comme dans les éléments de publicité et de promotion pour les médias et les réseaux sociaux.

Image: WTA

D’ailleurs, les amateurs ont pu constater que le tout était déjà commencé. La photo qui coiffe cet article a été prise la semaine dernière, le 20 février, cinq jours avant le tournoi de Dubaï.

À travers les différents médias, on publiera une série vidéo comprenant des images d’archives et plus de 150 entrevues réalisées avec les grands noms du tennis féminin et autres experts de ce sport.

Lire aussi : L’étrange histoire de Jessica Pegula

Le premier volet de la série, dévoilée le 23 février, est consacré à Gladys Heldman, connue pour avoir fondé le magazine World Tennis en 1953 et pour sa promotion du tennis féminin dans les années 1950 et 1960. C’est elle qui, en 1970, a pavé la voie à ce qui sera la réunion des « Neuf Originales » (dont sa fille Julie, 5e mondiale, a fait partie)puis la fondation des premières bases du circuit Virginia Slims, devenu par la suite la Women’s Tennis Association.

Décédée en 2003, on lui a logiquement dédié ce premier épisode.

Ce qui a commencé comme un modeste syndicat de joueuses est maintenant une association d’athlètes reconnues et admirées mondialement, évoluant sur six continents dans plus de 50 tournois disputés chaque année. Au début de 2023, un total de 32 pays étaient représentés dans le Top 100 de la WTA qui compte plus de 900 millions d’amateurs par le biais des différents écrans.

Le mot de la fin à la première joueuse mondiale, Iga Swiatek.

« Comme athlètes professionnelles, nous avons une plate-forme pour inspirer des changements positifs dans le monde et utiliser notre influence pour améliorer les choses. L’histoire des 50 dernières années du tennis féminin est inspirante grâce à de nombreuses joueuses qui ont décidé de faire entendre leurs voix lorsque ce n’était pas toujours facile de le faire. Aujourd’hui, notre influence est plus importante grâce à elles. Elles méritent de célébrer cet anniversaire et je serai heureuse d’en faire partie en 2023, en compagnie des amateurs et des autres joueuses du circuit. »

Infographie: WTA

Et l’Omnium Banque Nationale dans tout ça ?

Soyez assurés que l’organisation du tournoi féminin de cette année soulignera à sa façon cette étape de l’histoire du tennis féminin. L’équipe de la directrice Valérie Tétreault planche sur les scénarios possibles.

Des annonces viendront confirmer la forme que prendra la version montréalaise de ces célébrations.

Entretemps, voici un aperçu de 60 secondes sur le site de la WTA.

Source: WTA

Faites un arrêt sur image à la 44e seconde. Vous y verrez les espoirs du Canada, Kayla Cross, Annabelle Xu et Victoria Mboko.

DE DOULEUR ET DE RÉFLEXES

Image: WTATourTV

La Russe Veronika Kudermetova gardera-t-elle un mauvais souvenir de son match du 24 février, à Dubaï, aux Émirats arabes unis ?

Si ce n’est que la plaque rouge temporaire décorant sa joue droite, tant mieux.

Jumelée à sa compatriote Liudmila Samsonova en demi-finale du double, elle faisait face à celui formé de la Lettone Jelena Ostapenko et de l’Ukrainienne Lyudmyla Kichenok. Dans un geste comme on en voit des dizaines par tournois, une joueuse a visé l’adversaire dans sa réplique à la volée. Pas pour blesser… mais parce que c’est souvent la meilleure chose à faire pour s’assurer du point.

Ces multiples reprises nous démontrent deux choses.

La première, c’est que les échanges vifs et intenses d’un match de double nous donnent une idée de la vitesse de déplacement de la balle tout comme du péril que représentent ces projectiles sur courte distance pour l’athlète qui se trouve sur leur chemin.

Lire aussi : Krejcikova surprend Swiatek à Dubaï

Qui plus est, c’est l’aspect réflexe qui attire mon attention.

Certaines fois, les joueuses au filet réussissent à retourner la balle, malgré le faible temps de réaction. Mais, dans le cas qui nous occupe ici, il faut tout de même remarquer qu’Ostapenko a décidé de frapper la balle quand même pour conclure l’échange. Et ce même si la balle n’a pas été retournée avec la raquette de Kudermetova, ce qui leur conférait automatiquement le point.

Par pur réflexe.

Image: WTATourTV

La bonne nouvelle, c’est que Kudermetova ne semblait pas atteinte sérieusement et souriait même à sa partenaire en appliquant le sac de glace sur son visage.

Et, l’autre bonne nouvelle, c’est que la paire russe a remporté ce match 7-5 et 6-2 pour accéder à la finale… qu’elles ont remportée le lendemain !

Photo: Sportskeeda.com

S’il s’agissait d’un sixième titre de double pour Kudermetova, alors que sa partenaire remportait son premier. À sa toute première finale. Et dans un tournoi de niveau WTA 1000 de surcroit.