Passer directement au contenu principal
Montréal: 3 août 2024 - 12 août 2024
|
Toronto: 4 août 2024 - 12 août 2024
Montréal : 3 - 12 août 2024
|
Toronto : 4 - 12 août 2024
WTA

RIVARD : ELINA SVITOLINA, FEMME EN MISSION

par Paul Rivard

14 février 2023

Si Elina Svitolina retourne à la compétition au cours de l’été, comme elle l’a laissé entendre récemment, nous aurons la chance d’applaudir l’Ukrainienne au Stade IGA, au mois d’août prochain.

Et nous aurons plus qu’une raison de lui décerner ces applaudissements.

La première, bien sûr, parce que c’est une excellente joueuse de tennis, gagnante de 16 tournois et membre du Top 10 de la WTA pendant quatre ans et demi (de mai 2017 à octobre 2021). La seconde, bien plus importante encore, parce qu’elle aura été une voix bruyante dans la défense de son peuple après l’invasion russe qui dure depuis un an maintenant.

Vocale, Svitolina l’a été dès le début du conflit. Elle n’a jamais cessé de dénoncer l’injustice qui a frappé son pays. Même si le couple qu’elle forme avec Gaël Monfils est basé en Suisse, l’Ukrainienne diffuse toujours toute information pouvant attirer l’attention du monde sur la situation de ses infortunés compatriotes. Comme dans cette entrevue de janvier 2023, accordée au réputé journaliste du tennis Christopher Clarey, du New York Times.

Svitolina dit s’inquiéter constamment pour sa grand-mère de 85 ans, Tamara, qui réside toujours à Odessa, la ville portuaire stratégique du sud-est où l’athlète est née.

« L’hiver est très dur pour les Ukrainiens. Il fait très froid et ils vivent souvent sans électricité ni eau courante », mentionne-t-elle d’entrée. Ma grand-maman vit au 13e étage et elle doit monter à son appartement par les escaliers puisque l’ascenseur ne fonctionne pas. Il n’y a pas de lumière. Et j’ai plusieurs amis dans différentes villes qui me disent la même chose. Pas de lumière. Pas d’eau. Ils restent là, chez eux, assis. La plupart du temps, le téléphone ne fonctionne pas et on ne peut pas communiquer avec eux. »

Photo : @elisvitolina

En décembre dernier, à Monaco, avait lieu la troisième édition de son gala au profit de la Fondation Elina Svitolina, une activité qui a permis d’amasser un quart de million en dollars américains et dont une partie a été transférée au programme United24.

Pour l’occasion, elle était accompagnée de deux compatriotes et « collègues de travail », les joueuses ukrainiennes Marta Kostyuk et Lesia Tsurenko.

Photo : Bruno Bebert/Bestimage

United24 est une initiative du président Volodymyr Zelensky qui a jusqu’ici reçu les dons de 110 pays et amassé à la fin de 2022 un total de 237 millions.

D’ailleurs, Zelensky a accueilli sa célèbre compatriote dans le palais présidentiel de Kyiv le 9 février dernier. Pour l’occasion, Svitolina portait un chemisier où l’on pouvait lire « Gloire à l’Ukraine ».

Photo : @elisvitolina

Elina Svitolina n’a plus joué depuis le 24 mars 2022, alors qu’elle s’était inclinée aux mains de Heather Watson dès son match initial à Miami. Son dernier titre remonte au 28 août 2021, au tournoi WTA 250 de Chicago.

Pour Svitolina, ces chiffres, ces prix et ces compétitions semblent bien loin. À des années-lumière de ce qu’elle ressent pour ses compatriotes depuis le déclenchement du conflit, il y aura un an, le 24 février prochain. Cette guerre n’était d’ailleurs vieille que d’un mois lorsqu’elle a disputé son dernier match.

La reverra-t-on en 2023 ? La reverra-t-on tout court ? Ces questions demeuraient hypothétiques depuis que l’Ukrainienne s’est affirmée comme être humain, tant dans la maternité que dans ses manifestations médiatiques pour attirer l’attention sur son peuple.

Photo : Sergey Dolzhenko/EPA

Un mois après l’invasion russe, elle avait ainsi décidé de mettre sa carrière sur pause.

Peu de temps après, on apprenait qu’elle et son époux Gaël Monfils attendaient un enfant. En octobre, la petite Skaï est née et les parents ne se sont pas gênés pour le faire savoir au monde… tout en préservant de façon fort subtile — et admirable — l’intimité de leur bébé dont le visage n’apparaissait jamais sur les photos.

Photo : Shahida Jacobs
Photo : @elisvitolina

Touchant et sympathique de la part de ce duo qu’on qualifie de « power couple » par excellence du tennis mondial.

Âgé de 36 ans, Gaël prépare son retour au jeu après avoir soigné une blessure au pied qui l’embête sérieusement depuis le dernier OBN, à Montréal. Ce pourrait être au tournoi de Rotterdam ou celui de Marseille. Monfils pourrait prendre sa retraite après la compétition des prochains Jeux olympiques de 2024 de Paris sur la terre battue de Roland Garros.

Quant à sa compagne, âgée de 28 ans, elle parle d’un retour à l’été. Les problèmes de dos qui l’ont souvent ralentie sont chose du passé. Mais il lui faut retrouver une condition physique adaptée au rythme éreintant du tennis professionnel.

Photo : @elisvitolina

« J’essaierai d’être prête pour l’été, mais je ne veux pas brusquer les choses, précise-t-elle pour éviter les attentes trop élevées. Je devrai être très forte à mon retour parce que le tennis est très physique en ce moment. Tous vos groupes musculaires doivent être prêts et après une pause de sept mois, sans avoir fait d’exercice après ma grossesse, bien sûr, mon corps est différent maintenant. Je devrai y aller étape par étape pour que mon corps retrouve sa force optimale. Ce dont j’aurai besoin si je veux retourner au sommet. »

PHOTO-SOUVENIR DE L’OBN

C’est souvent par le nord-ouest que se profilent les menaces d’ondées pendant l’Omnium Banque Nationale. Et les spectateurs installés au haut des gradins du Stade IGA deviennent aussi bien renseignés que les météorologues diplômés pour prédire l’averse éventuelle ou… la fausse alerte.

Photo : collection personnelle