Passer directement au contenu principal
Montréal: 3 août 2024 - 12 août 2024
|
Toronto: 4 août 2024 - 12 août 2024
Montréal : 3 - 12 août 2024
|
Toronto : 4 - 12 août 2024
ATP
Reportage

Milos Raonic : un pionnier canadien

par Pete Borkowski

20 juillet 2023

Peu de joueurs de tennis, s’il en est, ont eu autant d’influence sur le tennis canadien que Milos Raonic. Si le tennis canadien connaît actuellement une période faste, on peut tracer une ligne droite entre les succès d’aujourd’hui et le parcours du Missile de Thornhill, en Ontario.

L’édition 2023 de l’Omnium Banque Nationale pourrait être le chant du cygne du joueur de 32 ans à la maison. C’est pourquoi nous tenons à rendre hommage au géant canadien en faisant un retour sur ses réalisations marquantes pour le tennis au pays.

Magnifiques percées

De nombreuses personnes ont entendu parler de Raonic pour la première fois aux Internationaux d’Australie de 2011, lorsqu’il a atteint les huitièmes de finale en éliminant deux têtes de série, signant notamment un premier gain aux dépens d’un membre du Top 10, Mikhail Youzhny. Au quatrième tour, il avait même réussi à arracher une manche à David Ferrer, 7e mondial.

En accédant au quatrième tour, il a égalé le meilleur résultat de simple masculin pour un Canadien en tournois du Grand Chelem.

En 2014, à Roland-Garros, il est devenu le premier Canadien à prendre part aux quarts de finale du simple masculin d’une épreuve du Grand Chelem.

Lire aussi : Carlos Alcaraz remporte son premier titre de Wimbledon

Il a même franchi une étape de plus à Wimbledon se taillant une place au carré d’as, devenant ainsi le premier Canadien à atteindre au moins le quatrième tour du simple masculin des quatre tournois majeurs.

La feuille de route de Raonic comprend dix quarts de finale de tournois du Grand Chelem. À trois reprises, il a atteint la demi-finale.

Puis, en 2016, il a été le premier Canadien — et seul à ce jour — à disputer la finale du simple masculin d’un tournoi majeur à Wimbledon. Ce parcours comprend notamment une victoire spectaculaire en cinq manches contre Roger Federer, l’homme le plus titré de l’histoire du All-England Club.

Les adversaires de Raonic n’ont jamais eu la tâche facile pour lui barrer la route. Dans huit de ses dix tournois où il a atteint au moins les quarts de finale, il a fallu un membre du « Big 4 » pour mettre fin à son parcours.

La fin d’une disette

Lorsque Raonic a annoncé ses couleurs sur la scène internationale en 2011, cela faisait presque 16 ans qu’un Canadien n’avait pas remporté de titre ATP. Après ses huitièmes de finale à Melbourne, les attentes étaient donc élevées.

Les amateurs canadiens n’ont pas eu à attendre très longtemps.

En effet, à son deuxième tour après les Internationaux d’Australie, le Missile a dominé la compétition à San Jose pour mettre fin à la disette canadienne.

Lors de la conquête de son premier titre, Raonic n’a concédé aucune manche à ses adversaires, remportant même un deuxième gain face à un joueur du Top 10, Fernando Verdasco (9e).

Au cours des cinq années suivantes, Raonic a récolté huit trophées, ce qui reste le plus grand nombre de couronnes remportées par un Canadien, homme ou femme. En 2014, il est devenu le premier à conquérir une épreuve du Circuit 500 de l’ATP, toujours à égalité avec le plus important titre remporté par un compatriote.

Lire aussi : Retour sur les six titres d’Ivan Lendl à l’Omnium Banque Nationale

En 2013, il est également devenu le premier Canadien à atteindre la finale d’un Masters 1000, la première des quatre auxquelles il a pris part au cours de sa carrière.

Placer la barre très haut

Alors que des Canadiennes avaient déjà fait partie du Top 10, Raonic a été le premier à franchir la barre du Top 30 chez les hommes.

Son succès au début de 2011 a rapidement fait de lui le Canadien le mieux classé de l’histoire. En avril de cette année-là, il s’est hissé au Top 30, et a atteint le 25e rang en juin. À partir de ce moment, chaque étape franchie par Raonic a été une première pour le Canada.

C’est grâce à son quart de finale à Toronto qu’il est entré dans le Top 20 pour la première fois en août 2012.

La prochaine étape importante est aussi survenue à la maison lorsqu’il a pris part à la finale à Montréal l’année suivante. C’est grâce à un gain dans une demi-finale chargée d’émotions contre son compatriote Vasek Pospisil que Raonic a mis les pieds dans le Top 10 pour la première fois.

Lire aussi : Les joueurs de l’Omnium Banque Nationale 2023 de Toronto - le Top 10 de l’ATP

Il a terminé la saison au 11e rang, mais a réintégré le Top 10 en avril 2014 et a ensuite passé presque trois ans et demi parmi les meilleurs du monde.

C’est en mai 2015 que le Canadien a fait sa place au sein du Top 5 à la suite d’un quart de finale au Masters de Madrid.

L’année 2016 a été la meilleure saison de Raonic et elle s’est terminée sur une note positive. En effet, il a atteint la demi-finale des Finales de l’ATP, ce qui lui a permis de finir la saison au troisième échelon, soit le meilleur classement en simple pour un Canadien, homme ou femme.

Pour l’amour du pays

Raonic a souvent produit son meilleur tennis à l’Omnium Banque Nationale, site de certains de ses plus grands succès.

Lire aussi : Les cinq parcours les plus surprenants à l’Omnium Banque Nationale de Toronto

Il a fait sensation à Toronto en 2010 lorsqu’il a uni ses efforts à ceux de Pospisil pour éliminer le super tandem composé de Rafael Nadal et de Novak Djokovic.

Sa finale de 2013 est également un fait marquant, car il était le premier joueur canadien en 55 ans à prendre part au match ultime. Bien qu’il ait perdu contre Nadal, il s’agit tout de même d’un moment extraordinaire pour le tennis canadien.

Lire aussi : Retour sur 2018 - La dernière édition masculine « normale » de l’Omnium Banque Nationale à Toronto

Il a également été un membre assidu de l’équipe canadienne de la Coupe Davis et a contribué à rendre cette équipe très compétitive.

En 2011, Raonic a joué un rôle clé dans le retour du Canada au sein du Groupe mondial pour la première fois depuis 2004.

Puis, en 2013, il a porté l’équipe sur son dos en la menant en demi-finale pour la première fois depuis un siècle, remportant ses cinq premiers matchs de simple dans d’importantes victoires contre l’Espagne et l’Italie, et a même permis au Canada de prendre l’avantage sur la Serbie avant que Djokovic ne lui mette des bâtons dans les roues.

Même si Raonic ne faisait pas partie de l’équipe championne de 2022, il a préparé le terrain en remettant le Canada sur la carte dans la première moitié des années 2010.

Les meilleurs joueurs de l’ATP seront de retour à Toronto cet été pour l’Omnium Banque Nationale qui se déroulera du 5 au 13 août au Sobeys Stadium. Procurez-vous vos billets dès aujourd’hui !